Pas loin de 9000km, plus de 100 heures de route.

Voici la carte de mes dernières péripéties. Au total pas loin de 3600km parcourus pour le moment…

*****

Here is the map of my last adventures. Close to 3600km for now …

Mercredi 4 juillet…

Sieste, comptes, retouches, mises à jour du blog, réponses aux mails.
On part demain matin tôt pour Ottawa avec Léo et Charles.

A bientôt pour de nouvelles aventures au moins aussi trépidantes qu’aujourd’hui (un peu plus quand même).

Mardi 3 juillet…

Comme prévu, journée boulot, mises à jour, retouches… et séance sympa et rapide avec Aurélia, dont je n’avais pas encore réalisé le portrait.

Demain je suis encore à Montréal pour le même genre de journée, puis je reprends la route (y’aura sûrement plus à raconter à ce moment là !!)

Lundi 2 juillet…

Le lendemain de la fête du Canada, c’est férié !
Après un super déjeuner avec Audrey, et une petite séance photo, me voici de nouveau en voiture, en route pour Montréal… où je retrouve avec grand plaisir Charles, Laurence, Léo, Robin, Manu, Anna, Auriane, Aurélia, Christelle…

Journée boulot, et demain ce sera pareil !

Dimanche 1er juillet…

Réveillé assez tôt par le soleil et le bruit des camions, ça fait bizarre de se retrouver tout seul… mini coup de blues, mais ça part vite en reprenant la route.
J’arrive à Québec, où je retrouve Audrey, une amie de Laurence (une coloc de Charles à Montreal, si vous suivez bien). Audrey me prête son appartement pour que je me pose un peu, et que je puisse visiter Québec tranquillement.

C’est la fête du Canada aujourd’hui, mais apparemment ici on s’en fiche un peu : le festival d’été de Québec commence bientôt, il y’a des artistes de rue un peu partout, c’est la finale de l’euro, et je n’ai pas vu un seul drapeau canadien.
Apparemment c’est totalement différent dans les provinces anglaises du Canada, beaucoup plus patriotiques… enfin c’est vrai qu’au Québec on est québécois avant d’être canadien !

Je croise des skateurs qui ont l’air de se débrouiller, et me dis que ça fera une bonne photo du jour, mais deux policières sont venues gâcher le spectacle… (private joke : il fallait engager Big Black les gars).
Après 3 heures de marche sous un soleil de plomb, je suis un peu exténué, la fatigue du voyage prenant le dessus. Je reviens donc faire une sieste chez Audrey, qui travaille de nuit en tant qu’infirmière.
Elle revient à minuit et m’offrira à souper. Encore une fois, un accueil incroyable ici, Audrey est vraiment une fille super, enjouée et souriante !

Je retourne dormir dans ma voiture, retour à Montreal demain.

Samedi 30 juin…

Soleil !! On profite de la plage !
Route ! Beaucoup de route… la voiture ça me berce, j’ai du mal à tenir.
Les routes sont longues et rectilignes, paumées dans la forêt, avec une station service tous les 100km…
Le plein au New Brunswick ça coûte bien moins cher.
Un dernier diner ensemble, une dernière pause café, appels de phares pour dire au revoir, et les filles me quittent pour Montréal. Merci pour tout Aurélia et Christelle, je suis vraiment content d’avoir fait ce petit tour de la Gaspésie avec vous ;)

Dodo sur une aire d’autoroute, je suis naze, et comme le dit le dicton : “Quand t’es naze, arrêtes” !

Demain, Québec !

Vendredi 29 juin…

La nuit précédente, on était posé sur une halte municipale avec une super vue, et un gars est venu toquer à ma fenêtre pour me demander si par miracle j’avais pas une prise pour mac.
Du coup ce matin j’ai tapé un peu la discute avec Nicolas, qui fait également un peu de photo, et voyage autour de la Gaspésie avec Cilia, dans un vieux van comme j’aurai voulu acheter, avec beaucoup de place, de quoi cuisiner et se poser quand il pleut… et bien gourmand (21L aux 100km).

Avec les filles on continue notre route vers Carleton, en Gaspésie du sud. C’est plus plat, ça a moins de charme que la Gaspésie du nord et sa côte escarpée, et il fait pas forcément plus beau.
On s’arrête au camping de Carleton, après avoir repéré un petit chalet commun près du phare avec vue sur la mer. On prévoit d’y squatter avec un bon feu, un bon diner… selon la charmante demoiselle peu compétente de l’accueil, ça ferme à 23h. Du coup on est un peu étonné de retrouver le chalet fermé à 20h30.
On se retranche dans un autre abri un peu moins charmant, sans possibilité de se faire du feu… mais la soirée sera bien sympa quand même.

Auparavant on aura essuyé un bel orage que j’aurai essayé tant bien que mal de prendre en photo… et on aura couru comme des dératés sous l’averse qui suivra.

La coucher de soleil sera à la hauteur de l’orage : sublime.

Demain beaucoup de route : je vais à Québec, et les filles rentrent à Montréal.

Jeudi 28 juin…

J’avais prévu un réveil à 4h30 pour le lever de soleil au cap Bon Ami… mais force fut de constater l’absence totale de visibilité, due à une omniprésence de la brume pluvieuse.
Un brin déprimant tout de même…

Renseignements pris auprès du personnel du parc Forillon, la météo risque d’être identique toute la journée et les jours suivants.
Un peu déçu, je décide de faire route vers Percé et son rocher… percé ! Il me reste peu de jours pour finir mon tour de la Gaspésie, je dois rentrer à date précise à Montréal pour emmener Charles et Léo à Toronto.

Toujours la brume humide à Percé, mais des paysages grandioses, des rochers glissants, et toujours cette air marin que j’aime !

Mercredi 27 juin…

A 4h30, le lever de soleil est sublime sur les Méchins… je me lève quelques minutes histoire de prendre une photo.
Un peu plus tard, Diane nous accueille à nouveau pour le déjeuner (petit dèj), avec une grande tasse de chocolat chaud (a fait un bien fou) et de quoi toaster notre pain. On remarque quelques livres intéressants dans sa bibliothèques, qu’elle propose de nous offrir !!! On repart donc après une bonne nuit, le ventre plein, un livre sous le bras, et une gratitude chaleureuse pour Diane.

On reprend la route direction le parc Forillon et le cap des rosiers… toujours beaucoup de pluie et de brume, toujours cette sublime route 132…
On finira par s’installer un peu sur le cap des rosiers pour admirer le coucher de soleil qui nous tourne le dos, mais surtout le panorama autour du phare et la vue sur Forillon.
Une dame du coin nous conseille d’aller dormir au parc, qui propose des refuges en dur “à cette heure là y’a plus personne pour vous faire payer, vous pouvez y aller gratuit”.

Il pleut toujours quand on se couche… le paysage s’annonce cependant fantastique pour demain, en espérant qu’il fasse beau !